займы онлайн на банковскую карту займ на карту онлайн займы онлайн на карту микрокредит онлайн займ на карту займы онлайн займ на карту быстро микрозаймы на банковскую карту экспресс займ на карту микрозайм онлайн на карту срочно круглосуточно займ онлайн на карту займы на карту онлайн взять займ срочно на карту микрозаймы в интернете займ онлайн

Les mouches du coche

10 juillet 2012 News printemps-été

Durant ces dernières semaines où rien de tangible ne nécessitait un déploiement d’informations, certains de nos confrères, « mouches du coche *», fustigeaient les ASP pour leur apparente inactivité.

Que d’informations inutiles et dépassées concernant notamment : l’obtention du rapport de l’IGAS, la régulation de la profession, sa gouvernance, sa normalisation, etc… bref l’ostéopathie a désormais ses propres « marronniers **».   Tout ceci sous des relents de la PPL Debré et de l’auxilliarisation de notre profession. Comment peut-on être crédules à ce point ? La reconnaissance de notre profession a sans nul doute émoussé les sens et les valeurs de nos confrères.

En revanche, sans effet d’annonce, le SNOF a mis en ligne sur son site (relayé par le site de J-L. Boutin) le rapport de l’IGAS attendu depuis 2 ans jour pour jour (avril 2010 – avril 2012). Le contenu de ce rapport est toujours pertinent.

Pour les « mouches », rappelons que ce rapport n’a été obtenu qu’après plusieurs attaches ministérielles et parlementaires, suivie d’une saisie de la Cour Suprême et encore de trois saisies de la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs). Ce combat mené par l’AFO et le SNOF n’a été remporté qu’avec l’appui et la ténacité de Me Planchat.

De même, toutes les autres actions concernant la profession (exclusivité du titre, première intention, régulation, expertise, présence auprès des ministères et des élus… menées sous la bannière du GFIO (AFO, SNOF, UFOF,…) ont demandé et demandent encore un travail de patience, d’engagement, de volonté.

Tous ces investissements en temps et en énergie, non médiatiques et non médiatisés, apporteront à terme toutes les solutions à nos préoccupations. Nous avons depuis longue date engagé ces actions, nous les poursuivons avec la même abnégation.

Nous entendons et lisons parfois des commentaires acerbes et racoleurs incitant les adhérents des ASP à ne plus payer de cotisations au motif que le rôle des ASP serait dépassé et les cotisations exagérées. C’est encore faire des effets d’annonce.
Non, le rôle des ASP n’est pas fictif et inopérant.
Le bénévolat de vos représentants nécessite la fermeture momentanée d’un cabinet, des frais de déplacement, le fonctionnement et la gestion d’une ASP obligent l’emploi d’un secrétariat compétent, les frais de justice sont également un poste important (Tribunaux administratifs, Conseil d’Etat, avocats et experts spécialisés) et ces actions ne peuvent être menées sans la participation financière de chacun. 

Fédérer, Défendre, Promouvoir notre profession et les ostéopathes sont nos engagements et déterminent nos actions et nous les réalisons avec le soutien de tous.

Il y a 10 ans, la reconnaissance de l’ostéopathie voyait enfin le jour, 5 ans après les ostéopathes allaient pouvoir travailler dans un cadre légal, aujourd’hui, nous œuvrons pour que ce cadre pérennise notre profession, notamment par sa formation, mais aussi par son éthique et sa déontologie.
10 ans, c’est long pour ceux qui mènent les actions quotidiennement mais c’est très court pour l’installation d’une profession, la preuve en est au niveau des mentalités et des habitudes de « consommation », que vous vérifiez chaque jour dans vos cabinets.

Ostéopathes, soyez patients, notre profession le mérite et se mérite.

*
cf. Jean de la Fontaine « le coche et la mouche » :

« Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S’introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés. »

**
Un marronnier en journalisme est un article d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible.
Tout comme le marronnier (l’arbre) qui invariablement, tous les ans, produit ses fruits, le marronnier journalistique reproduit les mêmes sujets avec plus ou moins d’originalité.
Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres.

Rapport de l’IGAS



Retour à l'ensemble des actualités